Le métier d’infopreneur : comment vendre son savoir sur internet ?

infopreneur définition

L’emprise d’internet sur notre vie quotidienne et sur notre manière de consommer l’information a rendu possible le développement d’une profession que personne ne connaissait il y a encore 5 ans de cela : infopreneur.

Forts de leur expertise, ces nouveaux entrepreneurs du web envahissent tous les secteurs d’activités. Immobilier, finance, photographie, éducation, fitness, nutrition, séduction : la liste des domaines dans lesquels ils exercent est interminable.

Alors, qui sont ces entrepreneurs 2.0 qui ont su transformer leurs connaissances en un business juteux et profiter ainsi d’une liberté inédite ? Sur quels principes repose leur succès et comment les adapter au domaine qui vous passionne pour gagner vous aussi votre liberté ?
Voici quelques éléments de réponse.

Qu’est-ce qu’un infopreneur : définition

Dans la mesure où il s’agit d’une profession récente, elle est encore difficile à définir et à circonscrire à un modèle donné. Voici le sens qu’en donne le site definition-marketing.net :

Un “infopreneur” est un entrepreneur gagnant sa vie grâce à la vente de produits d’information (ebooks, vidéos, séminaires, etc).

C’est un bon début, mais j’élargirais personnellement l’acception de ce terme aux personnes qui touchent une commission sur un produit vendu par un tiers à un client qu’ils ont redirigé vers lui après l’avoir informé sur les caractéristiques de ce produit.

Les sites de niche en affiliation relèvent ainsi, selon moi, de l’infoprenariat (ou infopreneuriat). Pour en avoir fait mon activité principale ces dernières années, je sais que l’élément clé pour réussir dans ce domaine coïncide avec notre capacité à fournir aux clients des informations claires et exhaustives sur les moyens de répondre à leur besoin.

Un exemple ? Je pourrais créer un blog sur les romans policiers, dans lequel je fournirais aux lecteurs du genre des critiques de livres et des présentations d’auteurs ou de collections de polars. Une fois les visiteurs de mon site informés, je les redirigerais vers une page de vente d’Amazon et toucherais une commission sur leur achat éventuel. Je créerais donc un revenu fondé sur la production d’informations sans vendre moi-même un produit.

Toutefois, il est vrai que la vente d’ebooks, de vidéos ou de cours en ligne reste le modèle le plus courant du business d’infopreneur.

Comment devenir infopreneur : formation et création d’un business

On ne naît pas infopreneur, on le devient… Et, au risque de vous décevoir, il n’existe aucune formation officielle destinée à préparer les entrepreneurs en herbe à ce métier, bien que la question commence à être de plus en plus abordée en écoles de commerce.

Miser sur sa passion

Compte tenu de la somme de contenus écrits ou audio qu’il faut créer pour vivre de l’infoprenariat, il semble difficile de réussir dans un domaine qui ne vous intéresse pas un tant soit peu. Se lancer dans un secteur qui vous passionne vous fera en effet gagner beaucoup de temps en termes d’acquisition de connaissances et cela vous aidera à ne pas compter vos heures lors des longues journées de travail nécessaires au lancement de votre projet.

Ne cherchez pas à faire dépendre votre choix de considérations liées à la rentabilité potentielle du secteur ou au niveau de saturation du marché. Bien sûr, il faut qu’il existe une demande. Mais, si le domaine vous passionne, il est fort à parier que vous ne soyez pas le seul.

Ne sous-estimez pas la difficulté que pourrait représenter le fait de devoir produire une grosse quantité d’informations sur un thème qui ne vous intéresse pas. Il est plus que probable que vous jetteriez l’éponge avant d’avoir mener à bien votre projet…

L’an dernier, j’ai vendu une formation à 180 € destinée à aider les auteurs indépendants à professionnaliser leur activité d’écrivain pour se donner les moyens d’en vivre. J’ai passé environ 200 heures à rédiger les 6 modules de cours de cette formation, soit l’équivalent de 6 semaines de travail. Or, l’édition est un secteur dans lequel j’ai travaillé pendant 6 ans et qui représente pour moi un réel centre d’intérêt. Sans cela, je pense que je n’aurais pas trouvé la motivation d’aller au bout du projet.

Se former auprès d’infopreneurs à succès

Une fois votre domaine choisi, il est indispensable de vous former auprès d’infopreneurs qui ont eu des résultats probants dans cette activité. Peu importe le domaine dans lequel ils exercent eux-mêmes : les mécanismes sont les mêmes que vous vendiez des formations sur le dressage d’animaux de compagnie ou l’investissement en bourse.

Ces entrepreneurs à succès proposent pour la plupart des contenus gratuits. Commencez donc par consulter ces contenus, pour vous inspirer de la relation qu’ils développent avec leur audience. Je vous recommande notamment de vous intéresser à ces chaines Youtube :

Allez également jeter un coup d’œil sur leurs sites respectifs pour voir comment ils diversifient leur message sur différents supports.

Si tout se passe comme prévu, ces youtubeurs devraient vous donner l’envie de vous lancer dans leur domaine et donc, d’acheter leur formation payante. Bien sûr, ce n’est pas votre objectif de départ, mais cela vous permettra de constater l’efficacité d’une stratégie de contenus gratuits bien menée.

Par la suite, si vous voulez en passer par la case formation payante, optez pour une formation sur le thème du blogging, des tunnels de vente ou tout simplement de la création de formations. Antoine BM en propose d’excellentes.

Enfin, n’hésitez pas non plus à assister à des conférences physiques, du type « salon des infopreneurs ». Cela vous permettra de vous former tout en nouant un réseau de contacts.

Choix d’un statut d’entreprise

Exercer en tant que professionnel de l’infopreneuriat implique de choisir un statut légal. Pour le coup, je ne suis pas un spécialiste en la matière, mais je vous recommande de commencer en tant qu’autoentrepreneur. Cela vous permettra d’alléger les formalités administratives de création d’entreprise et de ne payer des impôts que si vous faites rentrer de l’argent dans les caisses. Une fois votre business pérenniser, vous aurez tout le loisir d’aller consulter un expert-comptable, qui saura vous orienter vers le meilleur régime pour le métier d’infopreneur (statut EURL, SARL, SASU, etc.).

Choix d’un business model

Vous voilà maintenant déterminé à vous lancer dans un domaine qui vous passionne, formé aux mécanismes de vente d’infoproduits et officiellement déclaré comme entrepreneur. Il ne vous reste plus qu’à déterminer le business model dans lequel vous vous sentez le plus à l’aise. Voici les possibilités qui s’offrent à vous :

  • vente d’ebooks
  • vente de formations (écrites, vidéo ou audio)
  • vente de séminaires en ligne
  • diffusion de liens (vers des produits physiques ou virtuels) en affiliation

Il n’y a cependant aucune raison de vous limiter à un seul type d’infoproduits. Le support de vente est loin d’être l’élément central de l’infoprenariat. Pour réussir à en vivre confortablement, il vaut mieux vous concentrer sur le développement de votre audience.

Liste d’emails : la mine d’or de l’entrepreneur 2.0

Dans toute entreprise commerciale, la croissance du chiffre d’affaire est directement indexée sur la qualité de la clientèle, c’est-à-dire à la fois son étendue et son degré de qualification (sa fidélité aux produits de l’entreprise et sa propension à dépenser de l’argent pour les acquérir). Internet ne fait pas exception à la règle : pour réussir en tant que web-entrepreneur, il vous faut vous créer une audience large, mais surtout qualifiée. Votre salaire d’infopreneur dépend de cela au plus haut point.

Rester propriétaire de son audience

La toile offre de nombreuses opportunités pour développer une audience quand on crée du contenu. Youtube est aujourd’hui le moyen en vogue pour se faire connaître et faire grandir une communauté, mais beaucoup de créateurs de contenus passent aussi par les différents réseaux sociaux ou la mise en ligne de podcasts.

Ces solutions ont l’avantage de permettre une croissance rapide de votre audience, mais elles ont l’immense inconvénient d’instaurer un intermédiaire entre vous et vos prospects. Ainsi, vous avez beau disposer de 20 000 fans sur votre page Facebook, si les conditions d’utilisation de la plateforme évoluent ou si votre page est fermée pour une raison X ou Y, vous pouvez tout perdre du jour au lendemain. Idem sur Youtube, Twitter, Instagram, Pinterest, etc. Dans ce modèle de publication de contenus, votre audience appartient à l’entreprise qui héberge vos contenus.

Pour ne dépendre que de vous-même, la solution est donc de posséder votre propre plateforme d’hébergement de contenus et d’avoir un contact direct avec vos prospects. Autrement dit, il vous faut créer votre propre site internet et disposer d’une adresse mail pour chacun des membres de votre audience. Blog + liste d’emails : voilà la combinaison idéale pour ceux qui se demandent comment devenir infopreneur.

Kevin Kelley : la théorie des 1000 vrais fans

infopreneurBeaucoup d’entrepreneurs en herbe pensent que, pour rencontrer leur succès dans l’activité de leur rêve, ils doivent trouver une idée géniale de produit, qui révolutionnera leur secteur. C’est pourtant prendre la démarche entrepreneuriale dans le mauvais sens…

En 2008, Kevin Kelley a publié un article fondateur pour l’infopreneuriat, intitulé « 1000 vrais fans ». Sa théorie, qui fait aujourd’hui office de référence dans le domaine, stipule que, pour vivre de votre activité, vous devez trouver 1000 personnes prêtes à acheter tout ce que vous leur proposerez, 1000 clients fidèles à votre travail. Faites le calcul : 1000 clients prêts à dépenser ne serait-ce que 30 € par an dans vos produits, c’est 30 000 € de chiffre d’affaires assuré.

Ces 1000 vrais fans, vous devez les avoir ajoutés à votre liste d’emails, afin de pouvoir les contacter facilement dès que vous sortez un nouveau produit. Et, si vous sortez tous les ans un nouveau produit à 30 €, vous n’aurez pas de mal à les convaincre de l’acheter. Bien sûr, dans la pratique, on a généralement un taux de conversion de 10 à 30 % sur une liste bien qualifiée. Il vous faudra donc plutôt envisager de sortir plusieurs produits de ce type chaque année ou de vendre votre produit plus cher. Mais cela n’a rien d’insurmontable. La plupart des formations sérieuses ont par exemple un prix de vente de plusieurs centaines d’euros.

Comment internet a supprimé les barrières de l’infopreneuriat

Avant internet, dénicher 1000 clients pouvait parfois s’avérer compliqué. Les moyens de communication étaient beaucoup moins efficaces et la barrière géographique étaient souvent un frein au développement d’une audience.

Par ailleurs, il était plus difficile de maintenir un contact permanent avec son audience. Mais le web a fait sauter ces barrières. Au XXIe siècle, votre audience, c’est le monde. Et quelques secondes vous suffisent à contacter n’importe qui aux quatre coins de la Terre. Alors, trouver 1000 vrais fans relève presque du jeu d’enfant, pour peu que vous proposiez un contenu utile et sérieux.

Les meilleurs infopreneurs disposent d’une liste de mails qui atteint généralement plusieurs dizaines de milliers de clients. La croissance de leur activité atteint des sommets que seul internet rend possible !

Comment développer un entonnoir de ventes efficace dans le domaine de l’infoprenariat

Je vous ai dit que la croissance de votre audience était la clé de votre succès et je maintiens cette idée. Toutefois, pour transformer vos efforts de création de contenus en bénéfices, il vous faudra bien être capable de créer une mécanique de vente qui fonctionne. Cette mécanique, il vous faut la voir comme un entonnoir : à chaque étape du processus, vous perdrez inévitablement des gens (le moins possible).

Quelles sont donc les 3 étapes de cet entonnoir de ventes (traduction de « sales funnel ») ?

1. Un blog ou une chaîne Youtube pour développer une audience

Première étape : diffuser du contenu gratuit de qualité pour capter et développer votre audience. Comme nous l’avons vu, vous pouvez vous diriger vers la plateforme sur laquelle vous êtes le plus à l’aise (Youtube, Blog, Facebook…), mais, in fine, il vous faudra rediriger votre audience vers une « page de capture » sur votre site internet. Capture de quoi ? Tout simplement des adresse emails.

Prenons l’exemple d’un cas concret pour vous aider à comprendre.

Admettons vous soyez un infopreneur spécialisé dans les techniques d’optimisation de nos capacités cognitives. Vous pourriez diffuser des vidéos qui apprennent aux gens qui vous suivent à se mettre en ondes alpha pour améliorer leur concentration ou à utiliser des moyens mnémotechniques pour mieux mémoriser une information. Ces mêmes contenus pourraient aussi être publiés sur un blog. L’idée est d’introduire votre thématique en apportant une réelle valeur ajoutée à votre audience.

À ce stade-là, vous pouvez en rester à des informations basiques, destinées aux débutants. Une fois ces débutants « captés », il faut les rediriger sur une page internet qui vous permettra de récupérer leur mail.

2. Un autorépondeur pour filtrer les prospects et les faire progresser dans le processus d’achat

infopreneur définitionComment récupérer ce mail ? En proposant un nouveau contenu gratuit, accessible uniquement en échange de l’adresse mail du prospect.

Pour reprendre notre exemple, vous pourriez proposer un PDF téléchargeable intitulé « 10 astuces pour apprendre plus rapidement et retenir plus longtemps ». Vous resteriez ainsi dans la continuité des contenus qui ont attiré votre audience, en franchissant un pallier en termes de valeur ajoutée et de spécialisation.

Si vous avez bien fait les choses, vous devriez donc pouvoir récupérer entre 10 et 50 % des adresses mails de cette audience. Certes, vous aurez perdu du monde en chemin, mais c’est le principe d’un entonnoir de vente et cela fonctionne réellement.

Une fois les adresses mails récupérées, il faut pouvoir les traiter de manière automatisée. C’est là qu’intervient l’autorépondeur, qui est un logiciel qui vous permet de programmer l’envoi de mails à vos contacts en respectant une séquence chronologique plus ou moins complexe. Parmi les autorépondeurs les plus connus, on retrouve MailChimp, AWeber, GetResponse

Grâce à ces logiciels, vous pourriez par exemple paramétrer un premier mail d’envoi automatique de votre PDF téléchargeable, immédiatement après la saisie de son adresse mail par le prospect. Puis vous pourriez paramétrer l’envoi d’un deuxième mail 3 jours plus tard, qui proposerait au prospect une FAQ relative au PDF qu’il a reçu : « Les 10 questions que se posent le plus souvent les lecteurs de ’10 astuces pour apprendre plus rapidement et retenir plus longtemps’ ». Trois jours plus tard, un troisième mail intitulé « Comment Antoine a réussi son concours de Sciences Po en appliquant mes astuces de mémorisation ».

Bref, autant de mails que vous le jugerez nécessaire pour développer avec vos prospects une relation quoi doit paraître aussi naturelle que possible. Libre à vous de personnaliser votre séquence de mails et de l’optimiser en permanence pour améliorer vos résultats, en gardant bien à l’esprit l’objectif final, qui est la vente d’un produit payant. Il vous faut donc perdre le moins de monde possible entre la capture de l’email et cet objectif final.

3. Un produit payant, calibré en fonction des besoins de l’audience

Nous y voilà ! Il est temps de récolter enfin les fruits de votre travail en vendant à votre audience un produit payant. Vous pensez peut-être que la 2e étape est facultative et qu’il suffirait, après capture de l’email, d’envoyer directement le produit payant pour gagner du temps ? Eh bien non. Les résultats seraient beaucoup moins bons.

Votre offre ne doit pas tomber comme un cheveu sur la soupe, mais être introduite naturellement dans votre relation avec vos prospects. D’autant plus si votre produit coûte cher, car personne ne vous achètera une formation à 200 € sans être sûr de votre sérieux et de votre expertise. Vous n’êtes pas obligé de créer une séquence à 3 mails, mais ne négligez pas l’importance de cette séquence dans le processus psychologique d’achat.

Certains infopreneurs à succès ont développé des séquences complexes de 5, 6 ou 7 mails. D’autres préfèrent mettre en œuvre des processus plus directs. Mais tous ont à cœur de nouer une relation personnalisée et bienveillante avant de proposer leur produit phare. C’est indispensable pour convertir un nouveau client.

Soyez donc créatifs pour vivre libre ! C’est la qualité essentielle d’un infopreneur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *